motif du menu

Lettre confinement 28

Se mettre en projet

Vivre c’est être en projet, croire un possible pour demain, s’adapter à des changements, se laisser bousculer… La routine, les habitudes nous sont bien sûr nécessaires parce qu’elles donnent un cadre, des repères. Mais les habitudes peuvent également susciter un risque d’enfermement. S’enfermer dans une routine jusqu’à se fermer au moindre souffle de vent, à la plus petite brise. S’enfermer jusqu’à ne plus voir en l’autre qu’un ennemi, jusqu’à ne plus goûter la saveur de la vie.

Expérimentons de déplacer un objet chez nous, de changer un meuble de place. Changeons de trajet pour aller au travail, allons faire nos courses ailleurs, essayons d’autres produits… Et repérons ce que cela provoque en nous, notons les mouvements intérieurs que cela suscite. Exerçons-nous à bousculer nos routines, nos habitudes et accueillons ce changement qui, de fait, modifie aussi notre vision du monde.

Barbara Walter de la communauté


Commentaire de l’Évangile du jour de l’Ascension : Mc 16, 15-20

Il y a un verbe qui traverse tout l’Ancien Testament, c’est le verbe revenir, que l’on retrouve très souvent sous cette forme : « fais-nous revenir à toi, Seigneur ! ». C’est le peuple juif qui supplie Dieu de lui pardonner ses égarements, de le ramener à lui. Et parfois c’est Dieu lui-même qui promet à son peuple de revenir de l’ardeur de sa colère, de revenir à de meilleurs sentiments, de lui pardonner. Plus de mille emplois de ce verbe jalonnent l’Ancien Testament, qu’il s’agisse de l’Exode, du livre d’Isaïe, des Prophètes ou des Psaumes. Pourtant rien n’y fait et sans cesse, malgré les Prophètes, les Juges, les Rois, toute cette partie de la Bible n’est qu’une alternance de trahisons et de retours vers Dieu.

Alors Dieu a décidé de venir lui-même habiter parmi son Peuple. Il s’est fait homme ! Et c’est l’Incarnation de Jésus. Et dès lors il n’est plus du tout question de revenir à Lui puisqu’il est là ! Jésus ne dit plus : « reviens ! » ni même « viens ! » (sauf aux douze Apôtres). Il dit : « va ! », et il le dit à tous ceux dont il croise la route : « va, sois guéris… », « va et ne pèche plus … », « va trouver les frères… ».  Ce n’est pas un amour qui ramène à lui, qui emprisonne, c’est un amour qui envoie vers les autres, qui libère, qui fait participer à sa mission de s’adresser à tous.

Et nous en avons l’illustration dans le récit d’aujourd’hui, l’Ascension du Seigneur : « allez dans le monde entier ! Proclamez l’Evangile à toute la création ! » Nous pouvons aller puisqu’il est avec nous !

Père Georges Cottin, sj

Les derniers articles


picto Appel aux donspicto rose Appel aux donsFaire un don