motif du menu

Le Centre

Centre spirituel de Penboc'h Le Centre
https://www.penboch.fr/wp-content/uploads/2020/06/Michel-Jamoneau-Penboch-juin-2020-54-1.jpg

Le Centre spirituel de Penboc’h est un centre spirituel jésuite, lieu de recueillement et de prière qui accueille pour quelques jours des personnes désireuses d’approfondir leur foi dans l’esprit de saint Ignace de Loyola, le fondateur de la Compagnie de Jésus.

C’est aussi et avant tout une communauté vivante qui lui donne une âme : communauté de résidents et plus largement, d’accompagnateurs (laïcs ou religieux) formés à la spiritualité de Saint-Ignace, de bénévoles et de salariés qui sont les ouvriers discrets de ce qui se vit à Penboc’h.

Le centre spirituel de Penboc'h :

3 orientations principales


  • Retraites ignatiennes en groupe ou individuellement accompagnées, première mission d’un centre spirituel jésuite.
  • Ouverture aux acteurs du monde économique, associatif, politique pour permettre aux uns et aux autres de prendre du recul par rapport à une vie professionnelle toujours plus exigeante. La spiritualité ignatienne cherche à rejoindre toute personne « là où elle en est ». Les sessions permettent à des personnes éloignées de la foi ou d’une pratique religieuse, d’oser un chemin spirituel afin de se réapproprier cette part intime d’eux-mêmes.
  • Ouverture à une vie simple et fraternelle afin de permettre à chacun de vivre un temps de pause et de rencontre auquel il aspire. Les journées du « Vivre Ensemble » organisées avec le diocèse de Vannes et de multiples associations ont marqué profondément les centaines de personnes qui ont osé aller à la rencontre les uns des autres.

L'équipe


Une nouvelle communauté de 5 résidents :
  • 3 pères jésuites: Olivier Barreau, Georges Cottin, Jean Miler
  • 2 laïques: Corinne Dupont et Barbara Walter
  • Une équipe de 10 salariés pleinement mobilisée par le projet de Penboc’h
  • Une équipe d’environ 120 bénévoles dont 80 accompagnateurs spirituels et animateurs, constituée de laïcs et religieux. D'autres, sont à l'accueil, entretiennent le parc, fleurissent la maison et les oratoires, aident à divers bricolages.
  • Un directeur laïc: Jean-Brice Bigourdan.

La Compagnie de Jésus


La Compagnie de Jésus est un ordre religieux catholique, fondé par Saint Ignace de Loyola (1491-1556) en 1540.

Elle réunit près de 17 000 Jésuites dans le monde, dont 4 650 en Europe et 530 au sein de la Province d’Europe Occidentale Francophone (France, Belgique, Luxembourg, Grèce, Iles de la Réunion et de Maurice). Vivant en communautés, ceux-ci remplissent des missions très variées (éducative, sociale, pastorale…) en s’efforçant d’intégrer réflexion, prière et actions.

Leur formation d’une quinzaine d’années vise à faire d’eux, à la suite du Christ, des hommes de rencontre et de réconciliation.
Acteurs d’une Église en marche, ils souhaitent contribuer avec d’autres à un monde plus humain et plus divin et aider chacun à trouver Dieu en toutes choses.

Les 4 Préférences
apostoliques
universelles
des jésuites
2019-2029

    1
  • Promouvoir le discernement et les Exercices spirituels : aider les gens à trouver Jésus Christ et à le suivre.
  • 2
  • Marcher aux côtés des pauvres, des personnes blessées dans leur dignité, des exclus et de ceux que la société considère sans valeur, dans une mission de réconciliation et de justice.
  • 3
  • Cheminer avec les jeunes : accompagner les jeunes dans la création d’un avenir plein d’espoir.
  • 4
  • Prendre soin de notre Maison Commune : travailler, avec la profondeur de l’Évangile, à la protection et au renouveau de la Création divine.

La spiritualité ignatienne


Toutes les activités du Centre spirituel jésuite de Penboc’h s’appuient sur la pédagogie spirituelle dite « ignatienne ». Cette pédagogie vise à faire grandir en liberté intérieure chaque homme et femme, grâce à la pratique du discernement spirituel qui permet une prise de décision juste et posée dans les différents pans de sa vie.

En savoir plus

L'histoire


Preloader
  • 1850

    La Compagnie de Jésus rouvre un Collège à Vannes, près du port, dans l’ancien couvent des Ursulines, sous le vocable Saint-François-Xavier (SFX).

    Dans la tradition des collèges de la Compagnie, le Père Pillon, son premier recteur, désira de bonne heure doter l’établissement d’une maison de campagne et jeta son dévolu sur un site merveilleux au bord du Golfe, la lande de Penboc’h, en grande partie propriété de son ami Jollivet-Castellot, châtelain de Kerran en Arradon. Ce notable, député au Corps législatif et futur maire de Vannes avait entamé au lendemain du vote de la loi Falloux, les démarches pour obtenir de la Compagnie un nouveau collège à Vannes.

  • 1854

    Jollivet-Castellot cède volontiers ce morceau de lande à une société composée de plusieurs Pères Jésuites. Le prix convenu ne fut jamais payé grâce à la bienveillance du vendeur. Cette sérieuse économie permit l’achat de parcelles supplémentaires et de commencer l’aménagement du site par la transformation d’une toute petite construction qui deviendra la chapelle St Augustin, malheureusement disparue au début des années 1990. Ensuite, en même temps que le nivellement et la plantation du parc, sera construit sous la conduite de Marius Charier (1812-1890), l’architecte du collège, le bâtiment contenant réfectoires et cuisines. Dès lors, les élèves de SFX peuvent venir à Penboc’h les jours de congé.

  • 1862

    Quelques années après, le Père Félix Martin, recteur du collège en 1862, acheta aux consorts Le Rohellec la ferme de Penboc’h (15 hectares) et entreprit la construction de la chapelle St Joseph qui fut bénite en 1864. Celle-ci fut dessinée par un médecin, le docteur Herr, ancien chirurgien de l’armée pontificale. Les plans primitifs furent légèrement modifiés pour que l’église fut plus visible du Golfe. Cette chapelle devait devenir un lieu de pèlerinage pour les marins qui y déposèrent le 19 mars 1866 en ex-voto, un bateau sur l’autel. À noter dans cette chapelle de beaux vitraux issus de l’atelier du Carmel du Mans.

  • 1869

    En 1869, le Père Cor, recteur, continue les travaux d’aménagement en faisant construire la maison d’habitation sous la direction du Père Magloire Tournesac (1805-1875), architecte jésuite qui commençait alors la grande chapelle de SFX. Les travaux étaient terminés quand se déclara à l’été 1870 la guerre avec la Prusse.

  • 1873

    Ce fut sous le rectorat du Père Coué en 1873, que l’on édifia la terrasse au-dessus de la grève. Désormais Penboc’h présentait l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui et pouvait accueillir les élèves les jours de congé, les retraites spirituelles des élèves et des anciens élèves, les pères jésuites pendant les vacances.

  • 1975

    Penboc’h devient un Centre spirituel.

  • 2014

    Après deux ans de travail, le Père Provincial Jean-Yves Grenet définit deux nouvelles orientations venant s’ajouter à celle, traditionnelle, de la proposition de retraites spirituelles. Penboc’h devient alors :

    1 – Un lieu de ressourcement, de retraites spirituelles, selon la tradition ignatienne :

    • Nourrir sa vie intérieure
    • Grandir dans sa capacité à discerner
    • Faire des choix et décider librement

    2 – Un lieu tourné vers le monde économique, associatif, et politique

    • Découvrir et approfondir le sens de ses engagements professionnels
    • Humaniser le monde du travail, créer du lien, des relations authentiques, de la proximité …

    3 – Un lieu ouvert aux personnes en situation de fragilité

    • Se laisser déplacer par la rencontre de personnes en situation de fragilité.
    • Reconnaître et accepter nos propres fragilités, qu’elles soient d’origine physique, professionnelle ou familiale
  • 2015

    En 2015, une nouvelle équipe arrive pour mettre en place ce projet.

    Sans nul doute, ce chemin proposé répond à un besoin spirituel fort et touche progressivement un public plus large et diversifié.

    Après 3 années d’expérience de ces nouvelles orientations, une nouvelle aventure démarre pour Penboc’h. Les bâtiments du Centre sont fatigués. Suivant la rénovation de la chapelle St Joseph, c’est l’ensemble des bâtiments d’habitation et de rencontres qui sont entièrement rénovés et réaménagés. L’activité est maintenue pendant toute la durée des travaux sur un site temporaire, mis à disposition par la Congrégation des Filles du Saint Esprit, à Ste Anne d’Auray.

  • 2020

    Le Centre réintègre ses locaux à Arradon.

La chapelle Saint-joseph


Après que les Pères jésuites aient rouvert un collège à Vannes en 1850, ils firent l’acquisition d’un morceau de lande à Penboc’h en 1854 pour y établir la maison de campagne du collège. En 1862, la construction de la chapelle Saint Joseph commence. Le plan en fut confié à un médecin, le Dr Herr, ancien chirurgien de l’armée pontificale, et la surveillance des travaux au Père de Cacqueray.

La statue de Saint Joseph portant l’enfant Jésus, au sommet de la tour clocher, est l’œuvre du sculpteur vannetais Carado. Les statues de saints jésuites (dont plusieurs jeunes) et de personnages du nouveau et de l’Ancien Testament à l’intérieur de la chapelle sont aussi l’œuvre de Carado. Les vitraux – un ensemble original sur la vie de Saint Joseph et des scènes de l’Ancien Testament – sont de haute qualité artistique et patrimoniale. Ils ont été réalisés par l’atelier du Carmel du Mans, qui fut au cœur du renouveau de l’art du vitrail au 19ème siècle. La chapelle, bénite à la Saint Joseph 1865, devint rapidement le centre d’un petit pèlerinage. On y venait des îles à la fête de Saint Joseph.

De nombreux anciens élèves du collège Saint François-Xavier se souviennent de célébrations liturgiques dans la chapelle Saint Joseph qui les ont fortement marqués.

Le programme de rénovation, qui concerne la tour clocher (fissurée), la charpente, les vitraux, et l’installation d’un chauffage par le sol a dû commencer dès janvier 2015 en urgence, car la voute menaçait de s’effondrer, son ossature étant minée par des insectes parasitaires. Le but est de permettre la sauvegarde d’un édifice remarquable et son utilisation toute l’année, comme lieu de célébrations, de concerts et de conférences. Les travaux ont pris fin en 2017.

La dépense très importante nécessite une forte mobilisation des donateurs, via la Fondation du patrimoine, pour que cette chapelle fasse de nouveau la fierté des riverains du Golfe et redevienne cet amer remarquable.

La gouvernance


Les nouvelles orientations de Penboc’h ont amené quelques nouveautés dans le pilotage du Centre :

  • puce roseLe Conseil d’administration composé de 14 membres provenant d’horizons différents de la société dont trois institutions :
    - Le diocèse de Vannes, représenté par le responsable de la diaconie, au sein du diocèse ;
    - l’Icam de Vannes pour faire le lien avec le monde professionnel,
    - CVX (Communauté de Vie Chrétienne) mouvement laïc de spiritualité ignatienne regroupant plus de 7000 membres en France et présent dans plus de 60 pays sur les 5 continents.
picto Appel aux donspicto rose Appel aux donsFaire un don