motif du menu

Lettre confinement 17

Se laisser aimer oui mais…

Avoir foi en Dieu n’est pas de tout repos. Et une des premières exigences, voire peut-être la plus importante, c’est d’apprendre à nous laisser aimer par Lui.

Dans ce que les personnes nous confient, il est souvent question d’une volonté de bien faire, un souci de perfection. La peur d’être critiqué, de ne pas être légitime dans ce que nous faisons, d’usurper une place, et plus généralement, la peur de ne pas ou plus être aimé sont souvent les mouvements qui alimentent notre souci de perfection. Et ce souci risque bien de nous rendre aveugle à l’amour inconditionnel de Dieu pour chacun de nous qui que nous soyons.

Cet amour qui vient nous chercher jusque dans les parties les plus sombres de notre intérieur, cet amour qui met en lumière ce que nous voudrions garder caché dans l’ombre, cet amour où le Christ va jusqu’à donner sa vie pour que, de nos fragilités, jaillisse la force de nous laisser aimer sans oui mais…

Barbara Walter


« Demandez, il vous sera donné ! » 

J’entends très souvent des personnes dire : « cela fait si longtemps que je demande à Dieu…, sans jamais être exaucé ! Est-ce que seulement il m’entend ? »

Jésus lui-même a crié vers son Père, avant sa Passion : « Père, si c’est possible, que cette coupe s’éloigne de moi… » (Mt 26,39) et juste après ses bourreaux viennent l’arrêter… !  Il a donc connu l’apparente surdité de son Père, et pourtant il nous invite à demander sans cesse, avec l’absolue certitude que Dieu nous exaucera !

C’est un fait que la prière de demande change rarement le cours des choses… La réussite à un examen, la guérison d’une maladie ou la réconciliation avec un adversaire dépendent plus de notre assiduité au travail, du soin que nous prenons de notre corps ou du premier pas entrepris en direction de l’autre, que d’une intervention divine ! Et pourtant il nous faut demander car la prière de demande transforme le cœur de l’homme ! Elle nous place dans une juste relation à Dieu, non pas un distributeur de grâces qu’il suffirait de solliciter, mais un ami, un compagnon, un frère, toujours prêt à s’embarquer avec nous dans les combats de la vie.

Il arrive cependant que dans des circonstances particulières Dieu exauce directement celui qui l’implore. C’est le cas d’Esther, dans la première lecture d’aujourd’hui. Ceux d’entre nous qui sont au fond du trou, qui n’en peuvent plus de solitude, de souffrance ou de désespoir, rediront sans doute avec grand profit les « cris » de sa prière !

Georges Cottin, sj


En mars à Penboc’h : on s’adapte !

En raison des conditions sanitaires, le centre a dû adapter son offre et supprimer de nombreuses sessions. Nous proposons une offre limitée et privilégions les petites sessions et retraites individuelles dans le strict respect des règles sanitaires : rendez-vous sur le site pour connaitre toutes nos propositions actualisées.

A noter qu’il reste quelques places pour :

Orienter sa vie professionnelle du 7 au 11 mars

Leadership selon Jésus-Christ (annulée en février) reprogrammée du 11 au 14 mars.

Lire la suite

Les derniers articles


picto Appel aux donspicto rose Appel aux donsFaire un don