motif du menu

Lettre confinement 29

L’enfer, est-ce bien l’autre ?

Parfois, quand je regarde faire les autres, je les critique car ils ne font pas comme moi ou comme je voudrais qu’ils fassent. Dans le même temps, on se gargarise de belles formules, telle « chacun est différent, unique ». Mais, dans la réalité, cette formule perd de sa saveur quand le rythme de l’autre vient heurter mon propre rythme, quand les pensées des autres viennent contrecarrer les miennes,  ou simplement quand le bruit de la biscotte que mange l’autre me devient trop assourdissant dans le petit matin.

Ainsi, les autres continuent à m’insupporter au gré de mes humeurs. Et je me prends à imaginer un monde où tous seraient et feraient comme moi. L’idéal quoi ! Et je me surprends à sourire face à mon miroir, pensant que ce serait un enfer bien pire car, in fine, ce que parfois je ne supporte pas chez les autres vient de moi, de ce que je ne supporte pas en moi. Alors, essayons de cultiver la tolérance et surtout la bienveillance vis-à-vis des autres et de nous-même pour apprendre à vivre avec l’unicité de chacun.

Barbara Walter de la communauté


Commentaire de l’Evangile du jeudi  20 mai 2021  (Jn 17, 20-26)

 

Le Christ prie pour nous… C’est assez fabuleux quand on y pense ! Lui, le Tout Puissant, lui qui ne fait qu’un avec son Père, il partage avec lui son souci pour chacun d’entre nous, les croyants comme les incroyants… Il exprime très fortement – « je veux » – son désir que nous soyons « un avec lui », et que nous entrions dans l’intimité qu’il vit avec son Père. Il nous fait entrer dans cette relation à trois, il la désire, il la veut…

Et nous, la désirons-nous vraiment ? Que répondons-nous à cette déclaration d’amour ?  Nous avons la possibilité bien sûr de nous tenir à distance, de nous récuser, de fermer les écoutilles… Mais nous pouvons aussi accueillir pleinement cet amour, nous laisser aimer, laisser Dieu agir en nous… Notre réponse ne sera jamais à la mesure de la tendresse de Dieu, mais elle peut prendre comme modèle celle de l’enfant qui vient se blottir contre sa mère, tranquille, silencieux, et tout heureux de se sentir aimé…

Père Georges Cottin, sj


Proposition à vivre aujourd’hui

Ce Jeudi 20 mai, nous vous invitons à vivre à nouveau un « Jeudi désert » de chez vous. Le texte est en ligne sur le site internet.

Pour en savoir plus : cliquez ici

Les derniers articles


picto Appel aux donspicto rose Appel aux donsFaire un don