motif du menu

Lettre confinement 19

Consommer … au prix de l’insatisfaction

L’autre jour, passant devant une boutique, j’ai vu un chemisier qui me plaisait énormément. Je l’ai acheté. Discutant avant la caissière, elle m’annonce que d’autres chemisiers allaient arriver qui me plairaient sûrement beaucoup. Du coup, au lieu de me réjouir de cet achat réalisé, je me suis prise à rêver sur ces chemisiers futurs.

Petit exemple mais que chacun peut multiplier à l’envi : nouveau téléphone, marque de céréales, lessive qui lave encore mieux… Et cela engendre en nous un état d’insatisfaction permanente. Ce qui est nouveau perd de sa valeur car est sans cesse détrôné par ce qui nous semble mieux encore…

Alors, comment échapper à cette course à la consommation ? Comment sortir de l’engrenage de l’insatisfaction qui nous pousse à consommer de plus en plus ? Peut-être en méditant sur ce qui pourrait nous satisfaire mieux et de manière plus durable. Peut-être en prenant conscience de la gratuité de ce qui est à notre disposition et que nous ne goûtons plus : le calme après une journée de travail en contemplant la flamme d’une bougie, une lumière particulière dans le ciel, un verre d’eau par temps de grande soif, la lecture d’un livre passionnant, l’appel d’un ami…

En réapprenant à goûter cette gratuité, j’apprends alors à apprécier le chemisier acheté sans me dire que le prochain serait sûrement encore mieux et le prochain encore…

Barbara Walter, de la communauté


Commentaire des textes liturgiques de ce jeudi 11 mars 2021

Il est des jours où la Parole de Dieu ne nous inspire pas grand-chose. Elle est là, silencieuse, sans relief, sans saveur ! Peut-être parce qu’elle se heurte à notre enfermement, à notre dureté de cœur, ou au fait que nous sommes tout entier accaparés par un souci, une tâche à accomplir, un conflit à gérer… C’est précisément ces jours-là qu’il nous faut demander la grâce de l’accueillir, d’entendre ce qu’elle cherche à nous dire, de nous laisser déplacer ! Car la prière, la vraie prière, est un cadeau de Dieu !

Dans la discussion de Jésus avec les Pharisiens, telle qu’elle nous est rapportée aujourd’hui en Lc 11, 14-23, il leur parle de la division qui règne dans leur cœur. Ils veulent tout et son contraire, ils veulent écouter Dieu et refusent la parole du Nazaréen, ils veulent des miracles et sont incapables de reconnaitre dans la guérison du muet l’œuvre du Fils de Dieu. Pas étonnant qu’ils demeurent incapables d’entendre, de ‘goûter’ les propos du Christ !

Jésus leur recommande de faire un peu de ménage, de rechercher une unité intérieure, de hiérarchiser ce qui est important pour eux, d’écarter ce qui vient les dissiper, les disperser, pour se mettre en disposition d’accueillir, de se laisser déplacer. C’est bien l’objectif de ce temps de Carême !

Père Georges Cottin, sj

Les derniers articles


picto Appel aux donspicto rose Appel aux donsFaire un don