En ce temps de confinement

La peur est mauvaise conseillère. Chacun le sait mais… elle nous fait courir les magasins, remplir les caddies, stocker chez soi… Elle nous fait regarder de travers le voisin de palier qui pourrait être porteur d’un virus. Elle nous fait appeler le médecin parce que nous pourrions être en train de mourir sans le savoir… La peur : peur de l’autre, peur de la mort et peut-être, en priorité, peur de la vie. Et nous découvrons que la peur nous empêche de vivre !

Nous sommes confinés, c’est une réalité mais cela ne doit pas nous empêcher de vivre. Cela nous oblige simplement à nous interroger sur le sens que nous voulons donner à notre vie. Et ce peut être tout simplement de redécouvrir la Création : porter attention au chant des oiseaux, à une fleur qui pousse devant notre fenêtre, se réjouir de la dépollution de l’air, contempler les étoiles qui redeviennent visibles dans le ciel, goûter au silence, retrouver le plaisir des jeux de société et des discussions en famille…

Se rebeller contre le confinement peut devenir un jeu pervers, se laisser envahir ou submerger par la peur est une perte d’énergie. Alors prenons ce temps de confinement à bras-le-corps et donnons-lui suffisamment de sens pour que cela nous fasse grandir de l’intérieur dans l’accueil d’une vie dépouillée du superflu.

Barbara Walter