Les journées du Vivre Ensemble, occasion de déployer ses talents !


A l’annonce du projet « vivre ensemble » quelle joie, car j’avais en tête les instants forts d’il y a deux ans. Bien sûr, nous avions beaucoup de choses à penser et à préparer : qu’on ait suffisamment de café, de goûter, que les bols pour la soupe arrivent à temps… Ouf, nous avons été livré en temps et en heure ! Les différentes associations se sont rencontrées à plusieurs reprises pour ajuster les choses, définir précisément le programme… Il fallait prévoir à manger pour un nombre indéfini de convives. « Disons peut-être 600 ou peut-être 1000 ! » a lancé notre directeur Jean-Brice. Le stress commençait tout de même à gagner du terrain, aussi vite que le chapiteau prenait place sur le site ! Lors de la première réunion, le chef de cuisine Jean-François propose « Pourquoi pas faire une spécialité de chez toi Kelly, un rougail de saucisses ? Pour peut-être 80 personnes ». Ok, sans réfléchir, ou presque car ce sera une première fois que je cuisine en aussi grande quantité ! Mais quelle fierté de pouvoir partager ma culture à travers ce plat qui représente mon île.

Et nous voilà début avril, je vois les bénévoles des associations s’activer en cuisine, je vois sur les réseaux sociaux que de belles pâtisseries orientales sont déjà prêtes, j’en ai l’eau à la bouche ! Le mercredi, c’est à moi de jouer ! Ludivine, ma collègue, s’occupe des oignons, moi, des tomates, de l’ail, Loïc, le second de cuisine m’aide à découper les saucisses, le thym vient du potager, et c’est parti ! Je me sens un peu chef de cuisine à Penboc’h. Voilà, c’est prêt, je suis très contente. « C’est un vrai délice », me confirment mes collègues. Le jour J, Solenn, ma collègue, sert le riz, moi le rougail saucisses, pendant que d’autres personnes servent fièrement la blanquette, la pastilla, les samosas, le couscous. Tout le monde a le sourire. Je rencontre des réunionnais, je retrouve des amis, tout le monde goûte à tout, discute, rigole. Il fait beau.

Je participe à la messe le dimanche matin entourée de mes collègues, des habitués de Penboc’h, les membres de la communauté au complet et d’autres visages rayonnant que je ne connais pas mais qui partagent avec moi ce moment.


« Avez-vous la Jésus Attitude ? » lance le père Perrot… Les chants sont très beaux, les jeunes qui chantent ont de très belles voix qui me transportent.
J’ai aussi assisté au défilé des mamans avec leur enfant et j’ai admiré leurs créations vestimentaires. Bravo mesdames !

Nous suivons aussi chaque jour l’avancée des sculptures d’Henri-Pierre Thouzeau. Son travail est magnifique. J’imagine déjà des couples lors de nos weekends de préparation au mariage se faire photographier près du couple d’amoureux qui a tendrement pris vie sous nos yeux ébahis. Chapeau l’artiste, doué et sympathique !

Le dernier après-midi (après des litres et des litres de café préparés tout au long du weekend), j’assiste à la pièce de théâtre en famille. C’est un très bon moment. Les jeunes acteurs ont du talent et l’histoire de Joseph est très bien revisitée !

Le lundi, retour au calme, des bénévoles vident le chapiteau. Pour nous, il est temps de tout remettre en ordre. Je n’ai jamais vu la salle à manger dans cet état mais le découragement à Penboc’h, on ne connait pas… Vivement la prochaine fois !

Kelly