Accueil > Le Centre > Le projet Penboc’h

Le projet Penboc’h

Deux ans de travail ont permis d’établir le nouveau projet de Penboc’h et de définir ses nouvelles orientations.

Chef de projet nommé, groupes de travail constitués, l’équipe se met au travail avec comme objectif d’ouvrir les champs des possibles et d’écouter les besoins de chacun : rencontres avec l’ensemble des parties prenantes (habitués de Penboc’h, diocèse, associations en contact avec plus démunis, entreprises, secteur hospitalier, éducatif, politique…).

Voici un extrait des décisions prises par Jean-Yves Grenet, sj, Provincial des jésuites de France à la suite de ces travaux :

Chers amis,

(…)

Par rapport aux orientations de la Province de France, aux collaborations déjà bien établies dans cette région et à celles qui se sont révélées possibles durant cette année, je crois en un avenir où Penboc’h :

  • continue à être, pour des personnes et des groupes, un lieu d’accueil, de ressourcement, d’accompagnement, de célébration s’appuyant sur la tradition ignatienne (Exercices Spirituels et autres propositions s’en inspirant)
  • s’ouvre délibérément, en plus des publics qui le fréquentent habituellement, à des personnes en situation de pauvreté qui y trouveront possibilité de ressourcement, d’expression, de partage et qui apporteront leur propre témoignage du travail de l’Evangile ; des partenariats spécifiques à cette dimension restent à construire
  • cherche à davantage répondre à l’attente de personnes en situation de responsabilité économique, associative, politique etc. pour leur permettre de se poser, de réfléchir sur le sens de leurs engagements et responsabilités et pour avancer, avec elles, dans l’écoute des appels de notre monde à une plus grande justice et paix.

De ces ouvertures, Penboc’h pourra davantage, avec le temps, favoriser des rencontres d’une plus grande diversité sociale et ecclésiale et traduire, dans ses manières de faire et ses propositions, la volonté de vivre la joie de l’Evangile dans la rencontre du plus pauvre.

Pour ce faire :

  • il importe que Penboc’h demeure un lieu de simplicité et de calme où accueil, fraternité et esprit de service guident les modalités d’animation du site. En particulier on cherchera à développer diverses propositions concourant à cultiver une dimension de vie fraternelle parmi les personnes intervenant de près ou de loin dans la vie du centre
  • pour assurer l’animation du site, et selon le charisme et la disponibilité de chacun, le centre devrait pouvoir s’appuyer sur :
    • l’association « Centre spirituel de Penboc’h » qui peut se trouver renouvelée par le nouvel élan donné ; elle assure gestion d’ensemble et suivi du site et peut compter sur un lien étroit avec le gouvernement de la Province de France de la Compagnie de Jésus
    • une équipe d’animation, dirigée par un directeur ou une directrice, en charge de l’animation, de l’accueil des groupes, du suivi des propositions et de l’élaboration de nouvelles activités ; le directeur ou la directrice vivra ou non dans le centre ; il/elle sera responsable des salariés nécessaires à la vie du centre et de la coordination des intervenants et des bénévoles ; je note que, au moins dans l’immédiat, la Province de France de la Compagnie de Jésus ne proposera pas l’un de ses membres à ce poste
    • une équipe de cinq ou six résidents, membres de l’équipe d’animation : aujourd’hui nous savons que Anne Missoffe, sœur de Nazareth, rejoindra Penboc’h en janvier 2015 et est disponible pour ce projet ; deux ou trois jésuites, dont les noms seront communiqués quand ce sera possible, seront dans cette équipe ; deux ou trois laïcs demeurent également à déterminer
    • un réseau plus large d’intervenants ou d’accompagnateurs, de personnes ressource pour des propositions spécifiques de formation ou d’accompagnement ; ils participeront également à une belle qualité d’expression liturgique, artistique et culturelle.
  • Penboc’h demeure et sera un lieu de référence pour la famille ignatienne dans l’Ouest avec laquelle il développera des partenariats spécifiques (congrégations ignatiennes qui le souhaitent, CVX, Icam attendus comme partenaires majeurs, etc.). Il établira des relations renouvelées avec les diocèses de l’Ouest et en particulier celui de Vannes et avec d’autres acteurs locaux mais aussi régionaux et nationaux.

 (…)

En conclusion, je vous redis ce qui me tient particulièrement à cœur :

  • partenaires convaincus de la force de la proposition ignatienne, il nous revient de chercher ensemble à l’offrir à un plus grand nombre et à la mettre au centre de la manière de procéder entre nous
  • prenant au sérieux l’invitation de notre Pape, les orientations de la Compagnie de Jésus, le mouvement Diaconia qui mobilise l’Eglise de France et en particulier le diocèse de Vannes, nous gagnerons à inventer de nouvelles manières de faire qui nous ouvrent davantage à la rencontre du pauvre et à la rencontre de personnes ou groupes qui s’y consacrent plus particulièrement
  • chercher à établir une réelle mixité sociale dans un lieu comme Penboc’h peut nourrir chacun d’une façon renouvelée, donner une nouvelle profondeur à nos célébrations liturgiques, placer davantage nos réponses aux appels entendus du Seigneur sur le terrain de la réconciliation à promouvoir, de la paix et la justice à faire grandir dans notre monde.

(…)