Accueil > Le Centre > L’Histoire

L’Histoire

L’HISTOIRE DE PENBOC’H, D’APRES UNE NOTE HISTORIQUE DU PERE HENRY MARSILLE S.J. (1971) COMPLETEE PAR JEAN-CHRISTOPHE AUGER. 9 février 2014

1850…Penboc’h I

…La Compagnie de Jésus rouvre un Collège à Vannes, près du port, dans l’ancien couvent des Ursulines, sous le vocable Saint-François-Xavier (SFX).

Dans la tradition des collèges de la Compagnie, le Père Pillon, son premier recteur, désira de bonne heure doter l’établissement d’une maison de campagne et jeta son dévolu sur un site merveilleux au bord du golfe, la lande de Penboc’h, en grande partie propriété de son ami Jollivet-Castellot, châtelain de Kerran en Arradon. Ce notable, député au Corps législatif et futur maire de Vannes avait entamé au lendemain du vote de la loi Falloux, les démarches pour obtenir de la Compagnie un nouveau collège à Vannes.

1854, Jollivet-Castellot cède volontiers ce morceau de lande à une société composée de plusieurs Pères Jésuites. Le prix convenu ne fut jamais payé grâce à la bienveillance du vendeur. Cette sérieuse économie permit l’achat de parcelles supplémentaires et de commencer l’aménagement du site par la transformation d’une toute petite construction qui deviendra la chapelle St Augustin, malheureusement disparue au début des années 1990. Ensuite, en même temps que le nivellement et la plantation du parc, sera construit sous la conduite de Marius Charier (1812-1890), l’architecte du collège, le bâtiment contenant réfectoires et cuisines. Dès lors, les élèves de SFX peuvent venir à Penboc’h les jours de congé.

Quelques années après, le Père Félix Martin, recteur du collège en 1862, acheta aux consorts Le Rohellec la ferme de Penboc’h (15 hectares) et entreprit la construction de la chapelle St Joseph qui fut bénite en 1864. Celle-ci fut dessinée par un médecin, le docteur Herr, ancien chirurgien de l’armée pontificale. Les plans primitifs furent légèrement modifiés pour que l’église fut plus visible du golfe. Cette chapelle devait devenir un lieu de pèlerinage pour les marins qui y déposèrent le 19 mars 1866 en ex-voto, un bateau sur l’autel. A noter dans cette chapelle de beaux vitraux issus de l’atelier du Carmel du Mans.

En 1869, le Père Cor, recteur, continue les travaux d’aménagement en faisant construire la maison d’habitation sous la direction du Père Magloire Tournesac (1805-1875) architecte jésuite qui commençait alors la grande chapelle de SFX. Les travaux étaient terminés quand se déclara à l’été 1870 la guerre avec la Prusse.

Ce fut sous le rectorat du Père Coué en 1873, que l’on édifia la terrasse au-dessus de la grève. Désormais Penboc’h présentait l’aspect que nous lui connaissons aujourd’hui et pouvait accueillir les élèves les jours de congé, les retraites spirituelles des élèves et des anciens élèves, les pères jésuites pendant les vacances.

En raison des lois anticléricales de la IIIème République, la propriété de Penboc’h changea de main à trois reprises, tout en restant à la disposition du collège. La société anonyme SFX put racheter la propriété le 17 mars 1924 grâce à un emprunt contracté auprès d’Olivier Renault de Nantes et de René Bolloré de Quimper.

La nécessité de se procurer des fonds pour la reconstruction du collège après l’incendie de 1949, provoqua l’aliénation de diverses parcelles entre 1956 et 1966 : la villa Sainte-Anne à l’entrée du chemin d’accès, le bâtiment de la ferme et diverses terres de culture.

En 1971, la société anonyme SFX, en décidant sa dissolution, transmet ses droits à l’association de Penboc’h nouvellement créée.

1975 Penboc’h II

Penboc’h devient un Centre spirituel.

2014 Penboc’h III

 Lien vers le projet.

Le Père Provincial Jean-Yves Grenet définit deux nouvelles orientations venant s’ajouter à celle, traditionnelle, de la proposition de retraites spirituelles :

1 – Un lieu de ressourcement, de retraites spirituelles :

  • Nourrir sa vie intérieure
  • Grandir dans sa capacité à discerner
  • Faire des choix et décider librement

2 – Un lieu tourné vers le monde économique, associatif, et politique

  • Découvrir et approfondir le sens de ses engagements professionnels
  • Humaniser le monde du travail, créer du lien, des relations authentiques, de la proximité …

3 – Un lieu ouvert aux personnes en situation de fragilité et de handicap

  • Se laisser déplacer par la rencontre de personnes en situation de fragilité.
  • Reconnaître et accepter nos propres fragilités

2015 …

Une nouvelle équipe arrive pour mettre en place ce projet.